Les cyberattaques se limitent rarement à une seule technique !

L’assistance aux victimes apportée par Cybermalveillance.gouv.fr est un capteur unique d’informations  sur la réalité de la cybermalveillance. Cette observation de la menace permet au dispositif d’adapter rapidement son offre d’assistance et de sensibilisation pour répondre aux préoccupations des victimes frappées par les nouveaux phénomènes cybercriminels. Elle permet également de détecter des phénomènes de masse émergents, comme l’exploitation d’une nouvelle faille de sécurité ou de nouveaux modes opératoires cybercriminels, et ainsi d’alerter non seulement les populations, mais également les pouvoirs publics.

LES CHIFFRES DE CYBERMALVEILLANCE.GOUV.FR EN 2019

Répartition des menaces chez les professionnels (par les recherches d'assistance)

Chez les professionnels (entreprises, collectivités, associations), les recherches d’assistance en 2019 ont principalement porté sur l’hameçonnage (23 %), le piratage de compte en ligne tels que messagerie, réseaux sociaux, commerce en ligne… (16 %), le spam  (16 %), les virus (9 %), les rançongiciels (8 %).

L’HAMEÇONNAGE (PHISHING) RESTE LA MENACE PRÉDOMINANTE ET SE DIVERSIFIE
Du côté des professionnels, ce sont les arnaques à la mise en conformité RGPD ou à la fermeture d’un nom de domaine qui font des victimes notamment sur les plus petites structures.

Le principe mis en œuvre par les cybercriminels dans leurs attaques par hameçonnage consiste à demander à une victime de fournir des informations personnelles voire confidentielles (mots de passe…) ou encore bancaires (numéros de CB) en échange d’un gain (un remboursement par exemple), ou au risque d’une sanction (fermeture d’un accès par exemple) en se faisant passer pour un acteur officiel.

Ces attaques touchent aussi bien les particuliers que les professionnels. Autrefois facilement identifiables,  elles  apparaissent  de  mieux  en  mieux réalisées et même les internautes les plus  avertis peuvent parfois s’y faire prendre.

Extrait du rapport d'activité 2019 Cybermalveillance.gouv.fr

Retour aux actualités